Maladies du brochet

Maladies du brochet

L'organisme du poisson est moins malade que les autres organismes vivants. Ces maladies sont le plus souvent causées par des facteurs externes. Celles-ci pourraient être les propriétés de l'eau, contenant des produits chimiques nocifs ou pauvre en ingrédients nécessaires à la vie, ou des organismes pénétrant dans le corps du poisson et provoquant des perturbations dans le bon fonctionnement des tissus ou même vivant à leurs frais.

Distorsions des œufs de brochet (photo. C. Les virages).

Chez le brochet, les effets des agents pathogènes sont observés dès les premiers stades de développement, surtout dans les écloseries, où il est difficile de créer des conditions environnementales optimales pour les œufs incubés.

Dessin. Éclosion anormale des larves de brochets - elles percent l'œuf avec leur queue (photo. C. Les virages).

Sous l'influence de l'hypoxie hydrique, ainsi que la pollution par les installations industrielles, peut survenir décrit par Gottwald et Winnicki (1966) distorsions des œufs, irrégularités dans le processus d'éclosion et dans la structure des larves.

Dessin. Gonflement du sac vitellin chez les larves de brochet (photo. C. Les virages).

Les auteurs susmentionnés ont également observé une ascite du sac vitellin notée pour la première fois chez le brochet, jusqu'ici connu en particulier dans la truite d'élevage.

Dessin. Perte des yeux chez les larves de brochet (photo. C. Les virages).

Les spores du champignon pénètrent dans le couvain avec de l'eau (Saprolegnia) provoquant le muguet. Au départ, il n'attaque que les œufs morts, à partir de laquelle, cependant, les filaments en développement du mycélium deviennent progressivement sains, ils les lient en morceaux compacts, ils ramollissent la membrane de l'œuf, alors, comme effet secondaire de leurs actions, il y a une mort massive de tous les œufs en raison d'un manque d'oxygène ou d'une contamination par des bactéries, ou au mieux, éclosion prématurée de larves non viables. La moisissure peut également être nocive pour les poissons adultes. Bien qu'il n'attaque pas les individus en bonne santé, cependant, il apparaît souvent sur les tissus endommagés (mécaniquement ou à la suite de l'action d'un autre agent pathogène) et - avec la participation de bactéries - les fait mourir, formation de cavités importantes, et par conséquent, des changements souvent irréversibles dans le corps et le sommeil.

Un autre champignon (Branchiomyces demigrans) provoque la gangrène des branchies chez les brochets, une maladie qui entraîne des perturbations du processus respiratoire. Hyphe de mycélium, se développant dans les minuscules vaisseaux sanguins des branchies et des lobes branchiaux, ils bloquent leur lumière, inhibant la circulation sanguine et l'apport de nutriments. Des nodules blanchâtres caractéristiques se forment dans les endroits d'obstruction, et souvent tous les flocons ischémiques deviennent blancs, ils meurent et tombent après un certain temps. Les branches du mycélium percent les parois des vaisseaux et sortent. La gangrène cause les plus grandes pertes chez les jeunes brochets, mesurant 20-25 ohms, et prospère principalement dans les eaux à forte teneur organique - c'est-à-dire les étangs et les lacs fertiles - prenant des formes aiguës, lorsque la température de l'eau dépasse 22 ° C.

De nombreuses maladies sont causées par des organismes animaux parasites. "Catalogue de la faune parasite de Pologne" dans la partie II - "Parasites de la gueule de dragon et des poissons" (édité par J.. Grabdowa, 1971) il répertorie 56 espèces trouvées dans le brochet. La plupart d'entre eux, surtout s'ils surviennent sporadiquement et en petites quantités, n'est pas pathogène, certains, cependant, peuvent provoquer des maladies graves.

Deux des nombreux protozoaires parasites doivent être mentionnés, qui causent des maladies plus graves chez le brochet. Ce sont: sporowiec Henneguya ophia, qui, s'il est nombreux dans les ovaires, peut nuire à la fertilité et à Trichophrya piscium, attaquer les branchies des jeunes poissons.

Relativement inoffensif pour les brochets - en raison de l'occurrence occasionnelle - est un large sillon (DiphyUobothrium grand;), appartenant au groupe des ténias. Il mérite d'être mentionné comme l'un des rares parasites des poissons également pathogènes pour l'homme, dans lequel il se développe en une forme mature, jusqu'à une longueur de 15-20 m. Le cycle de développement compliqué comprend également deux hôtes intermédiaires et se déroule dans l'eau, qui, avec les fèces, obtient les œufs contenus dans les membres excrétés du parasite. À partir des œufs, les larves se transforment en larves ciliées et auto-mobiles (coracidium), et d'entre eux - déjà dans le corps du crustacé planctonique du groupe des copépodes qui les mange - le stade larvaire suivant (procerkoïde), qui, à son tour, peut se développer davantage dans le soi-disant. plérocerkoïde, s'il pénètre dans le corps d'un brochet ou d'un autre poisson prédateur avec un mollusque ingéré par un poisson.

Dessin. Le cycle de développement du papillon de nuit: 1 - œufs dans le segment expulsé du ténia, 2 - coracidium, 3 - procerkoïde, 4 - plérocerkoïde (wg Laglera, légèrement changé).

Plérocerkoïdie, intégré dans les intestins, dans les muscles ou dans les gonades, à peine perceptible, ils peuvent pénétrer dans le tube digestif des humains ou d'autres mammifères avec de la viande insuffisamment cuite ou insuffisamment cuite, où, une fois arrivés à maturité, ils sont capables de produire de grandes quantités d'œufs. Malgré le fait que l'acarien sulcus n'est pas répandu parmi les masses, il existe un risque de contamination et doit être évité par une bonne hygiène et en évitant de manger de la viande semi-crue ou insuffisamment salée..

Article révoquer

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *